Le reboisement du Nord – Pas-de-Calais

Posté par Année Internationale des forêts 2011 le 6 mars 2011

suite de l’article sur le reboisement en France

Le reboisement en France : Cas particulier du Nord – Pas-de-Calais

Une surface presque dénuée de taches vertes : un coup d’œil sur une photo satellite suffit à constater le vide forestier nordiste. La région française la plus densément peuplée – hors Ile-de-France – se caractérise aussi par le plus faible taux de boisement.

La région Nord – Pas-de-Calais a une surface boisée de 128.000 hectares.

Son taux de boisement (environ 10 % de la surface régionale) étant le plus bas en France métropolitaine. De plus, les zones boisées sont très morcelées.

Sur ce plat pays aux terres fertiles, les agriculteurs ont certes exploité de longue date chaque parcelle de terrain.

Mais notons aussi que l’industrie (minière puis sidérurgique) et l’urbanisation, plus développées qu’ailleurs, ont fini de rogner les terres disponibles.  

La région veut multiplier par deux ses surfaces forestières en 30 ans.

L’annonce en a été faite en session du Conseil régional, le 13 mai 2009 : le « plan forêt régional » est lancé, il a été adopté à l’unanimité.

Les élus ont prévu de mobiliser 400 millions d’euros sur ce projet, notamment pour subventionner la plantation d’arbres auprès des propriétaires terriens et aider le développement de la filière bois.  

 

Une mesure qui se heurte à la colère des agriculteurs qui craignent d’être privés de terrains.

Voir la vidéo : reboiser le Nord-Pas-de-Calais

 

Une centaine d’agriculteurs du Nord et du Pas-de-Calais ont manifesté le jeudi 17 février 2011 à Lille devant le siège du conseil régional dénonçant « un gâchis foncier ».

Vêtus d’un maillot arborant le slogan «Produire pour vous nourrir», ils entendaient protester contre le Plan forêt régional, mais pas contre le principe de reboisement.

manifestation d'agriculteurs france      Lien : écouter les explications des agriculteurs du Pas-de-Calais.

 

Des gestes écocitoyens

Parallèlement aux collectivités, des associations s’impliquent dans le reboisement.

Pocheco Canopée Reforestation, créée fin 2009 :

Ses membres identifient des terrains disponibles et vont y replanter eux-mêmes des essences locales (saules, frênes, charmes) avec l’accord des propriétaires.  

 

L’association les Albrans (62600 Beuvry) est à l’initiative de plusieurs plantations d’arbres dans le Pas de Calais :

Une autre association « honneur et patrie » réalisera grâce a elle une plantation de 75 arbres près d’un étang à Choques (près de Béthune).

25 de ces arbres seront plantés avec la participation de 2 classes de CE1 de l’école Notre Dame de Lourdes à Béthune.

L’association les Albrans a prévu également la plantation de près de 200 arbres dans le petit village de Contes (près d’Hesdin).

 

Publié dans Les forêts françaises, Reboisement, Revue de Presse, Vidéos | Pas de Commentaire »

Le reboisement en France

Posté par Année Internationale des forêts 2011 le 5 mars 2011

 

Chiffres repères : la surface forestière en France

400.000 km2 à son maximum aux environs de 6.500 ans avant notre ère (40 millions d’hectares)

75.000 km2 à son minimum au milieu du XIXe siècle (7,5 millions d’hectares)

155.000 km2 aujourd’hui (15,5 millions d’hectares)

 

La Superficie de la France métropolitaine est de 543.965 km (avec tous ses territoires d’outre-mer 675.417 km2).

 

Jusqu’au milieu du XIXème siècle, la déforestation a peu à peu ravagé le paysage français

La croissance démographique engendrant l’augmentation des surfaces agricoles, la croissance des besoins en bois de chauffage et bois d’œuvre, ont conduit à des défrichements et des extractions de bois considérables.

Si bien que la surface forestière fut réduite à 13,6% du territoire français, (avant de remonter à 28% aujourd’hui, soit le niveau qu’elle occupait à la fin du Moyen-âge).

Au milieu du XIXème  siècle, la France décida alors d’agir et de mettre en place des actions de reboisement afin de préserver toute la richesse de ses paysages.

 

Prise de conscience pourtant ancienne

Si le recul atteint au XIXème  siècle a été un signal d’alarme, notons quand même que déjà en 1669, le royaume avait adopté la « Grande Ordonnance » de Colbert qui fixait des règles d’exploitation tenant compte « de l’état et de la possibilité de chaque forêt » avec un effort de reboisement.

Moins de deux siècles plus tard, en 1827, l’État adoptait le Code forestier qui existe toujours (avec des modifications).

Ainsi, toutes les forêts publiques ou privées de plus de 10 ou 25 ha, selon les régions, dépendent d’un document de gestion approuvé par les pouvoirs publics.

 

Plus d’un siècle de préservation

Grâce aux efforts menés depuis plus d’un siècle, la France a su enrayer la déforestation avec la mise en place d’une gestion efficace des forêts.

Elle possède aujourd’hui une surface boisée représentant 28% du territoire, soit l’équivalent de celle du Moyen-âge.

La forêt n’en reste pas moins encore en danger. La multiplication des incendies provoque chaque année la destruction de milliers d’hectares.

reboisement en france

Une forêt en pleine croissance

Le Fonds forestier national a été créé, en 1946, pour soutenir financièrement (par des prêts et subventions d’investissement) une politique nationale de boisement et de reboisement.

À ce jour, la superficie boisée avec le concours du Fonds forestier national est de l’ordre de 2.500.000 ha.

 

Si la surface forestière continue de s’étendre actuellement en moyenne de 50.000 ha par an, cette augmentation cache des disparités : les zones périphériques perdent une part de leur surface forestière, tandis que les zones plus rurales et montagnardes continuent au contraire à s’accroître.

carte de france des surface boisée

 

Le cas particulier de la région Nord – Pas-de-Calais

La Nord – Pas-de-Calais a une surface boisée de 1.280 km2 pour une superficie totale de 12.414 km2

Son taux de boisement est donc le plus bas en France métropolitaine avec des zones boisées très morcelées.

Nous avions prévu un petit paragraphe pour ce sujet, finalement, nous consacrerons un article complet demain.


Voir aussi l’article précédent : Le reboisement – quelques définitions

 

 

 

 


 

Publié dans Déforestation, Les forêts françaises, Reboisement | Pas de Commentaire »

Le reboisement – quelques définitions

Posté par Année Internationale des forêts 2011 le 4 mars 2011

Le terme « reboisement » décrit plus souvent des plantations de main d’homme que la régénération naturelle.

De manière générale, on retient que « le reboisement est l’opération qui consiste à restaurer, ou créer, des zones boisées ou des forêts ».

Voyons quelques termes pour être plus précis :

 

Reboiser

En sylviculture, c’est planter des arbres sur un terrain qui avait été préalablement déboisé c’est à dire supprimées par coupe rase (ou « coupe à blanc ») ou détruits par différentes causes dans le passé (surexploitation, incendie de forêt, surpâturage, guerre…).

 

Reforestation

La notion de « reforestation », laisse supposer un objectif plus ambitieux en termes de surface et de qualité écologique ou paysagère que celle de reboisement. L’objectif étant alors généralement de restaurer un écosystème de type forestier, atteignant donc une superficie assez significative pour justifier le qualificatif de forêt.

 

Afforestation

L’afforestation sur ou boisement est une plantation d’arbres ayant pour but d’établir un état boisé sur une surface longtemps restée dépourvue d’arbre, ou n’ayant éventuellement jamais (aux échelles humaines de temps) appartenu à l’aire forestière.

 

Sylviculture

Du latin silva : forêt

Entretien et exploitation rationnelle des forets. On dit aussi que « c’est l’art et la science de cultiver les forêts ».La sylviculture a pour rôle de faire évoluer les forêts, en mettant à profit les facteurs écologiques et les potentialités naturelles, afin d’optimiser durablement les produits et les services que l’homme peut en attendre.

Le sylviculteur veille principalement à la régénération, à la récolte et à l’éducation des forêts.

 

Cycle sylvigénétique ou sylvogénétique

La forêt existe depuis bien longtemps avant l’apparition de l’homme et ne l’a pas attendu pour évoluer et se perpétuer.

Une forêt sauvage (non exploitée par l’homme) évolue naturellement selon des cycles dits « sylvigenétiques » ou « sylvogénétiques » qui caractérisent des dynamiques successives d’évolution interne de la forêt et de ses milieux.

forêt naturelle photo

Publié dans Lexique, Reboisement | 1 Commentaire »

 

La biodiversité animale |
samikk |
KERAI BOUDJEMAA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mystères de la Dame Blanche...
| SCIENCE FOR FUN
| jerseys123